Discussion sino-tibétaine sur l’avenir du Tibet

Le Dalaï Lama
7 août 09 - Le dalaï-lama a réuni à Genève des dissidents chinois pour réconcilier les deux peuples. La conférence de deux jours est organisée par le Mouvement international de la réconciliation et la Société pour l’amitié Suisse-Tibet.

Frédéric Koller/Le Temps - Pour Yan Jiaqi, un dissident chinois exilé aux Etats-Unis depuis vingt ans, la résolution du problème tibétain pourrait débuter par un premier pas « très simple » : un sommet de la bière entre le dalaï-lama, plus haute autorité religieuse du Tibet, et Hu Jintao, le président chinois. Celui qui fut membre de la Commission des réformes politiques du premier ministre déchu en 1989 Zhao Ziyang (mort récemment) fait référence à Barack Obama. Ce dernier a récemment réglé une querelle qui menaçait de rallumer le ressentiment contre la discrimination raciale en invitant les deux protagonistes de l’affaire, un professeur afro-américain et un policier blanc, autour d’une bière à la Maison-Blanche. « Mais les dirigeants chinois ne sont pas assez sages pour faire cela, constate encore Yan Jiaqi. Ils ont peur du dalaï-lama. »

Yan Jiaqi participe depuis mercredi à une conférence sino-tibétaine qui se tient à l’hôtel Intercontinental de Genève. Celle-ci réunit environs 80 Chinois, tous dissidents ou vivant en exil, venus du monde entier, et une vingtaine de Tibétains. Parmi ceux-ci, le dalaï-lama en personne, qui achève ainsi son périple suisse, et le premier ministre du gouvernement tibétain en exil, Samdhong Rinpoche.

La conférence de deux jours – qui n’est pas ouverte au public – est organisée par le Mouvement international de la réconciliation et la Société pour l’amitié Suisse-Tibet. Son but : trouver une solution commune à la crise tibétaine. Lors d’une conférence de presse, le dalaï-lama a réaffirmé son attachement à la voie non-violente. Il a expliqué que depuis les émeutes de Lhassa, en mars 2008, il a rencontré des centaines d’intellectuels chinois qui ont exprimé leur solidarité. « Un tel résultat ne s’obtient pas par la violence », a-t-il souligné avant d’ajouter que certains dignitaires communistes chinois le critiquaient en public tout en affichant sa photo sur leur téléphone portable privé en signe de leur foi.

Ce n’est pas la première conférence de ce type. Mais les organisateurs estiment qu’elle a une importance particulière. Pour la première fois, en effet, l’ensemble des différentes composantes de la dissidence chinoise – réputée pour ses conflits internes – serait représentée. Harry Wu, célèbre pour sa dénonciation des camps chinois de rééducation par le travail, a ainsi fait le déplacement.

Mais quelle signification accorder à un dialogue où seuls des dissidents, côté chinois, sont représentés ? « Nous sommes dissidents et chinois, insiste Yan Jiaqi. Nous sommes représentatifs de la population chinoise. La différence majeure entre eux et nous, c’est que nous pouvons parler librement, eux pas. » En Chine, pourtant, la très grande majorité des personnes, y compris les intellectuels, est alignée sur le discours du pouvoir. « C’est parce que le gouvernement les contrôle et qu’ils ne connaissent pas le dalaï-lama. »

Le dissident, favorable à un système fédéral pour la Chine, estime que la première chose à faire pour réconcilier Chinois et Tibétains est de permettre au dalaï-lama de « retourner dans son pays » : « Il serait un pont entre les deux communautés. On réfléchira ensuite au statut d’autonomie réelle du Tibet. » Yang Jianli, un autre dissident réfugié aux Etats-Unis après cinq ans de prison en Chine, se veut optimiste quant au dialogue futur. Cet automne, il organisera une conférence interreligieuse avec des représentants des diverses ethnies chinoises, dont des participants venant de Chine.

Pour lire d’autres articles sur un des thèmes abordés ici, utiliser la fonction «  recherche avancée »
Chartes  |  Qui sommes-nous ?  |  Impressum  |  contact
Palais des Nations, Bureau S-84  |  Avenue de la Paix 8-14  |  CH-1211 Genève 10  |  T: +41 22 917 29 30  
réalisé par vocables.com avec Spip
sommaire le temps L´Orient-Le Jour Geopolitis swissinfo LE COURRIER rue 89 Slate Afrique ipsnews